Parc aquatique : contre sous Voynet, pour sous Bessac ?

icono-dossierLe parc aquatique écologique fut l’un des projets emblématiques de Dominique Voynet et de sa majorité. Entre 2010 et 2014, l’opposition de gauche à l’ancienne majorité de Dominique Voynet, dont bon nombre d’élus et de militants sont aujourd’hui maires-adjoints, sans oublier le nouveau maire lui-même (lorsqu’il siégeait au Conseil régional) s’étaient (comme nous) opposés fortement à ce projet pharaonique.

Que les choses soient claires : depuis le début, aucun élu ne s’est jamais opposé à une piscine dans le haut Montreuil. L’opposition conjointe Front de gauche – PS – Elire Montreuil portait en revanche sur le bassin extérieur. Chacune des 3 listes a d’ailleurs largement exposé ses vues sur ce projet durant la campagne des municipales de 2014.

On pourra nous expliquer ce que l’on veut, les faits sont têtus. Le marché public concernant la construction du bassin extérieur n’est toujours pas attribué à ce jour (2 juin 2014).

Le 22 avril 2014, dans Le Parisien, Patrice Bessac, nouveau maire, a tenu sur ce dossier des propos surprenants pour ne pas dire inquiétants : « il est vrai qu’à l’époque je n’étais pas favorable à ce projet. J’avais voté contre au Conseil régional car je trouvais qu’il y avait un problème de calibrage. Aujourd’hui, il est trop tard de revenir sur les décisions. Les contrats sont signés, les travaux ont commencé et l’argent a déjà été versé. Si nous revenons là-dessus, nous devrons payer des pénalités importantes et ce serait gâcher l’argent qui a déjà été dépensé ».

Quel est donc cet argent qui serait « dépensé inutilement en pénalités » dont parle Monsieur Bessac ? Aucun puisque le marché n’a été octroyé à aucune entreprise pour construire le bassin extérieur !

On ne doit pas faire croire aux Montreuillois que le parc aquatique écologique de plein air, voulu coûte que coûte par Madame Voynet, est un « coup parti ».

Revoir un projet qui a suscité une vive résistance quand il y a un changement de majorité, c’est un acte de responsabilité. Etre cohérent entre les propos tenus pendant des années dans l’opposition et les actes pris une fois qu’on est aux affaires, cela relève au minimum de l’éthique que les Montreuillois sont en droit d’attendre de leurs élus.

Le 14 mai 2014, suite à notre interpellation, le maire a reconnu en séance du Conseil municipal que le marché du bassin extérieur n’était effectivement toujours pas attribué. Il est donc possible, dans un secteur de la ville qui manque cruellement d’équipements publics, de mobiliser les fonds et le foncier qui devaient être utilisés pour le projet de bassin extérieur de plein air (qui servirait au mieux 2à 3 fois dans l’année) pour réaliser un autre équipement d’utilité publique. Une médiathèque par exemple.

La recherche d’équilibre au sein de la nouvelle majorité municipale ne doit pas aboutir à des récits erronés qui travestissent la réalité. Les Montreuillois sont en droit d’attendre de leurs élus qu’ils mettent en adéquation leurs pratiques avec leurs discours passés sur un même dossier sinon cela s’apparente à une farce, voire une trahison…

Un commentaire

  1. Jean Marc Gerbeau 25 novembre 2014 Répondre

Laissez un commentaire