La démocratie locale… sous contrôle !

icono-débat2Intervention d’Alexandre Tuaillon au Conseil municipal de Montreui (2 avril 2015) | En matière de démocratie locale, il y a les déclarations et il y a les actions concrètes. Parfois, l’écart est grand entre discours et pratique. Hélas, vous n’y échappez pas.

Je ne m’attarderai pas sur la forme de la note de présentation que vous nous avez transmise, bourrée de truismes, de phrases creuses, pompeuses et de formulations absconses. Vous qui critiquiez en introduction de votre délibération, la rédaction technocratique de la précédente Charte, vous tombez dans le même piège.

  • Absence de mesures concrètes

Vous nous avez expliqué que la précédente Charte manquait « de règles du jeu concrètes ». Mais votre version n’est guère plus « concrète ».

Prenons l’exemple du budget participatif. S’il est un point où il est facile de faire clair et concret, c’est ici. Or, vous renvoyez à plus tard la définition du cadre financier et juridique du budget participatif.

Vous avez beau nous dire que cette Charte « inscrit le projet de budget participatif comme déclinaison innovante et ambitieuse de l’offre de participation », on n’en saura pas plus.

Et  à la rubrique « Point financier », vous nous indiquez : « sans objet ». Créer un budget participatif sans que cela ne nécessite de précision sur le plan financier, voilà qui est un exercice surprenant !

  • L’information est aussi un outil de démocratie

A propos du journal municipal, vous n’en dites pas un mot. Il me semble pourtant que le slogan de « Tous Montreuil » est « le journal de la ville et de ses habitant-e-s ». Avez-vous renoncé à en faire un outil de la démocratie locale ?

En tous les cas, à la lecture de la lettre ouverte adressée récemment par les syndicats CGT et FSU des agents communaux, on voit bien que vous avez opéré une reprise en main inquiétante de la ligne éditoriale… Les syndicats vous reprochant expressément de confondre communication institutionnelle et communication politique.

Un mot pour répondre à Monsieur l’adjoint au personnel communal : non, je le répète, sur cette histoire de conseiller de l’ombre (cf.l’article de Libération), il ne s’agit absolument pas d’une histoire interne.

Les Montreuillois et les élus de ce conseil ont le droit de savoir quels moyens du service public sont mis à la disposition de ce collaborateur fantôme, et pourquoi cette personne extérieure à l’administration communale exerce une autorité directe sur les agents de la direction de la communication de la Ville de Montreuil.

C’est la troisième fois en trois mois que nous vous demandons la transparence sur ce dossier. Combien de temps encore continuerez-vous à rester silencieux ?

  • Les illusions entretenues de la participation citoyenne

Concernant les Conseils de quartier, quels changements proposez-vous ? Aucun. Pensez-vous sérieusement que nos Conseils de quartier fonctionnent bien ?  Constatez-vous une affluence massive et régulière ? Y retrouvez-vous la diversité de nos quartiers ? Evidemment non.

Il ne s’agit pas de vous le reprocher, la situation ne date pas d’hier. Mais il y a un travail gigantesque à mener pour aller chercher les habitants et leur donner envie de participer à ces assemblées. Or vous ignorez ce problème et faites « comme si » le fonctionnement des Conseils de quartier était pleinement satisfaisant.

Toutefois, vous ne parviendrez à revivifier ces Conseils que si vous acceptez de laisser un peu de votre pouvoir aux habitants. Or votre Charte démontre que ce n’est pas votre intention.

  • Les élus gardent tout leur pouvoir

A bien lire votre projet, on voit surtout que cette Charte est un moyen de réaffirmer le rôle central des élus dans la vie locale. Vous le répétez de si nombreuses fois (30 fois en 5 pages !) qu’on a l’impression que vous avez besoin de vous en convaincre.

Dans votre texte, les élus passent systématiquement avant les habitants. Mais surtout, il en ressort que vous ne lâcherez rien de votre pouvoir.

Ainsi les initiatives habitantes seront évaluées par un « comité de pilotage animé par les élus thématiques concernés et les élus de quartier qui valident toutes les étapes, les moyens alloués et rapportent les décisions prises ».

Au cas où l’on n’aurait pas compris, vous le répétez plus clairement à la fin : « Le processus mis en place aboutit à des prises de décisions qui restent du ressort des élus ». En termes d’audace démocratique, on a connu mieux.

On est loin d’un début de commencement de démocratie participative. On est plus proche du centralisme démocratique…

  • Une pratique politique qui trahit vos intentions

Votre pratique de la démocratie, nous la voyons à chaque conseil municipal. Vous réussissez à faire encore moins bien que vos prédécesseurs.

Limitation du temps de parole (sauf pour vous, Monsieur le maire !), coupures répétées des micros de vos opposants (vous en avez encore montré l’usage à plusieurs reprises ce soir à mon encontre), sous-information des élus d’opposition, refus de répondre à nos questions et à nos courriers…

Enfin en décidant de réduire à 5 (contre 13 sous le mandat précédent) le nombre de jours laissés aux élus d’opposition pour travailler sur les centaines de pages des documents des conseils municipaux, vous espérez les faire taire faute de temps suffisant pour étudier les dossiers. Belle illustration de la « démocratie apaisée » que vous promettiez l’an dernier.

Malgré nos régulières interpellations sur le fonctionnement de ce conseil municipal, on n’a jamais entendu le son de votre voix Madame l’adjointe à la démocratie. Considérez-vous que la démocratie ne concerne que l’action de votre majorité en dehors de l’enceinte du Conseil municipal ?

Où est passée la transparence ?

Enfin je relève que par rapport à la précédente Charte, il y a un mot qui a disparu de votre nouveau texte : celui de transparence…

Faut-il craindre que l’opacité ne devienne la marque de fabrique de votre équipe ?

Nous ne voterons pas cette déclaration de bonnes intentions. Nous attendons des actes concrets, et, pour être crédible, cela pourrait commencer par une gestion de ce conseil municipal qui soit plus respectueuse des pratiques démocratiques que vous dites pourtant vouloir promouvoir dans la ville.

2 Commentaires

Laissez un commentaire