Énième coup de force du Maire de Montreuil

visuel CM

Près de 100 délibérations. 650 pages de documents de séance à analyser en 5 jours !

C’est matériellement impossible de lire et travailler sur un document de cette ampleur en si peu de temps, pour intervenir sérieusement au conseil municipal !

Nous avons solennellement demandé au Maire de reporter le CM d’une semaine. Pour unique réponse nous avons eu droit à :  « Ma réponse est non ».

Après avoir attendu 4 mois pour organiser un conseil municipal, Patrice Bessac joue une fois encore le coup de force en refusant la demande des élus de l’opposition de reporter de quelques jours la tenue du conseil municipal.

Nous sommes désormais acculés à devoir choisir entre siéger et voter à l’aveugle les délibérations faute de disposer de délais raisonnables pour travailler nos séances, ou refuser de siéger.

Face à ce énième coup de force d’un maire de plus en plus isolé, nous faisons le choix difficile, mais inévitable, de ne pas siéger au Conseil municipal du 28 juin car nous ne voterons jamais des délibérations sans les avoir travaillées.

Cette décision contrainte se veut une alerte adressée aux Montreuillois que nous invitons solennellement à se pencher avec plus d’attention sur ce qu’il se passe à la direction de leur ville.

Patrice Bessac adore dénoncer le 49.3 au plan national mais le pratique sans vergogne dans sa gestion des affaires publiques montreuilloises.

Embauches, marchés publics, recours à des prestataires extérieurs, hausse inconsidérée des tarifs d’accès aux services publics, etc. nous tirons depuis plusieurs mois la sonnette d’alarme.

Il n’est en effet pas acceptable que le maire de Montreuil persiste dans ses refus de se justifier sur certaines dépenses, et de s’expliquer sur ses choix budgétaires en toute transparence.

Enfermé dans son mépris du débat contradictoire, Patrice Bessac démontre qu’il bafoue le droit des élus de l’opposition de travailler sérieusement et plus encore, il montre qu’il ne comprend absolument pas les aspirations populaires qui attendent de leurs édiles plus de transparence, de respect et la tenue de débats politiques sur le fond.

La multiplication des séances à huis clos en est une illustration flagrante.

Pour la deuxième fois en six mois, nous saisissons donc le Préfet de la Seine-Saint-Denis afin de lui demander de rappeler à l’ordre le maire de Montreuil, dont le comportement brutal et méprisant n’honore ni la fonction, ni les principes élémentaires de la démocratie.

Laissez un commentaire