Conseil municipal de Montreuil du 3 février 2016

conseil-municipal-de-montreuilConseil municipal de Montreuil – Séance du 3 février 2016. Le maire commence par un long monologue mélangeant des sujets mineurs et des sujets d’importance majeure pour les Montreuillois. Fait exceptionnel, il consacre une grande partie de son intervention à rassurer (qui ?) sur l’unité de sa majorité.

Faut-il y voir un signe, Patrice Bessac choisit le cinéma pour démarrer son propos (100.000ème spectatrice du Méliès). De cinéma, il en a bien été durant ce début de conseil municipal.

Alors que le journal Libération vient de publier deux pages d’enquête minutieuse et d’accusations très graves dénonçant des marchés surprenants , des embauches partisanes nombreuses, de potentiels conflits d’intérêt, bref une sorte de copinage érigé en système, le maire esquive.

Anti-communisme de Libération et de sa rédaction, complot pour affaiblir sa majorité plurielle… tout ça ne serait que mensonge et calomnies. Patrice Bessac ne répond pas sur le fond aux élus qui l’interrogent et préfère se poser en victime d’un journaliste-procureur et d’un journal de caniveau. Facile…

Que répond le maire sur le fond à Libération ? Rien. Ou pas grand-chose. Et quand il répond, il se trompe. Nous y reviendrons prochainement car la réaction de la majorité municipale à cette affaire est assez surprenante.

Quoi qu’il en soit, c’est bien un système qui est en train de s’installer à Montreuil. Et la déclaration conjointe, la veille au soir du conseil municipal, des élus de la majorité municipale (PCF, EELV et PS) réaffirmant leur solidarité avec le maire de Montreuil illustre la panique de ce syndicat d’élus…

Finances de l’Office HLM et mensonges assumés de Patrice Bessac

A quelques jours du conseil municipal, le maire de Montreuil a fait fuiter dans la presse la synthèse d’un rapport de l’inspection générale des finances (IGF) daté de juin 2015 (!) portant sur l’état des finances de l’office HLM. Il est accablant pour Dominique Voynet.

Comment pouvions-nous nous satisfaire d’une synthèse vieille de 8 mois  et ne comportant que des accusations, et aucune réponse de l’Office HLM ?

C’est ce que nous avons tenté d’expliquer au Maire, en lui demandant de nous fournir l’intégralité du rapport, et pas le seul acte d’accusation. Mais Patrice Bessac n’a jamais daigné répondre à nos multiples demandes. La transparence, ce n’est décidément pas pour Montreuil !

Le maire de Montreuil a du culot, et n’a pas peur de mentir en public, les yeux dans la caméra. Ainsi de cette surprenante audace lorsqu’en plein conseil municipal, il a osé affirmer que le  rapport de l’Inspection des Finances avait été communiqué dans son intégralité à l’ensemble du conseil municipal, « à l’exception des annexes qui comprennent des données concernant des tiers et qui ne peuvent à ce titre faire l’objet d’une même publicité » !

Ci-dessous, le mail de son directeur de cabinet, adressé la veille du Conseil municipal à notre élu, confirmant le refus de nous communiquer le rapport dans son intégralité avant le conseil municipal.

De : Benech Lucas

Date : 2 février 2016 à 23:36

Objet : Re: OPHM – Mission de l’IGF

À : Alexandre Tuaillon

Monsieur Tuaillon,

Comme je vous l’ai écrit, le rapport définitif (dont la synthèse effectivement datée de juin ) est parvenu à l’Office le 18 janvier 2016 et sera d’abord présenté au Conseil d’Administration de l’Office le 15 février prochain.

Pour le reste, vos questions trouveront à n’en pas douter, leurs réponses dans l’intervention liminaire du maire au Conseil de demain.

Meilleures salutations

Lucas Benech

Directeur de cabinet

Evidemment dans l’intervention liminaire du maire, nous n’avons trouvé aucune réponse aux question que nous posions. Il va donc falloir attendre encore longtemps avant d’avoir le droit à des précisions.

Pourquoi ne pas vouloir communiquer l’intégralité du rapport définitif aux élus d’opposition ? Y aurait-t-il des éléments qui mettraient le maire mal à l’aise ?

Tout cela interroge quand même fortement sur la gouvernance de cette ville. Selon Patrice Bessac, la gestion de Dominique Voynet et de son équipe a conduit à la dégradation très importante de la situation financière de l’office HLM. Dès lors, comment comprendre que les élus écologistes, dont la plupart ont contribué à fortement dégrader cet outil important de la cohésion sociale, continuent à prendre des décisions budgétaires au nom des Montreuillois, comme si de rien était ? C’est grave… à moins que tout cela ne soit finalement que du cinéma…?

Jusqu’à quand durera cette mascarade consistant à entendre le Front de gauche taper sur la gestion de l’équipe précédente tandis que leurs partenaires écologistes font semblant de ne pas entendre et attendent que passe ce mauvais moment ? Au final, c’est bien des Montreuillois dont ces élus se moquent…

Orientations budgétaires

La suite de l’ordre du jour du conseil municipal était légère, en dehors du débat d’orientation budgétaire. Ce débat est sensé poser le cadre des orientations politiques de la majorité pour l’année à venir.

Il y avait comme une dimension surréaliste à entendre durant le débat budgétaire, le maire répéter, sur un ton que ne renierait pas Ségolène Royal, qu’il était attentif à ce qu’un « euro dépensé soit un euro utile ». Après avoir refusé de se justifier sur les accusations de Libération et refusé la transparence sur les finances de l’Office HLM, on a le droit d’avoir quelques doutes !

Mais ce débat d’orientation budgétaire aura surtout montré que le maire et son équipe s’enferment dans une gestion à la petite semaine, sans vision politique structurante pour la 5e ville d’Ile-de-France. Cela devient inquiétant.

Manip à l’office…de tourisme

L’office du tourisme traverse une crise depuis plusieurs mois dont la responsabilité est totalement imputable à l’équipe municipale (incertitude sur les financements, sur la volonté de pérenniser la structure, commande d’un audit longtemps resté secret…). La deuxième délibération portant sur la taxe de séjour allait donc nous permettre d’aborder la situation de cette association et d’écouter le projet municipal. Il y a quand même des emplois en jeu, et une stratégie de territoire à repenser.

Et puis il  y a cette curieuse décision du maire de vouloir modifier les statuts de l’Office de tourisme pour s’en faire désigner Président. Patrice Bessac serait-il en manque de présidences, lui qui ne préside déjà pas tous les organismes dans lesquels il a été désigné ?

Le débat n’aura en fait pas eu lieu, puisque le maire fit retirer la délibération avant le début du Conseil.

Urbanisme

Même si la délibération concernant la Zone d’aménagement concertée de la Fraternité (bas Montreuil) a fait un peu débat (pas assez de constructions de logements sociaux)  nous l’avons votée car nous soutiendrons toujours les stratégies de lutte contre l’habitat insalubre. Et dans notre ville, il y a encore beaucoup à faire sur ce sujet.

En revanche, nous n’avons pas voté la très obscure délibération de « mise en conformité du droit de préemption urbain renforcé« . Nous aurons l’occasion de revenir sur les questions d’urbanisme car ce qui se passe en la matière à Montreuil interroge. Par exemple, comment une parcelle qui, il y a encore trois mois, était classée zone réservée pour un équipement public, peut-elle déjà faire l’objet d’un projet d’urbanisme privé déjà ficelé  ?!

Actes de gestion courante

Le reste des délibérations fut une suite de dossiers de régularisations, de prolongations de conventions, d’attributions de subventions, de mises à disposition de locaux aux associations, etc. Ces sujets « du quotidien » n’appellent généralement ni longs débats, ni votes polémiques. Il s’agit de la vie courante de la commune.

Le problème, c’est que ces sujets viennent à constituer l’essentiel des ordres du jour des conseils depuis le début du mandat de Patrice Bessac. Les projets structurants peinent à émerger, alors que les défis sont nombreux pour notre ville, surtout à l’heure de la métropolisation parisienne.

Au passage, nous avons refusé de participer à la tartuferie qui consiste à régulariser des projets de recrutement de personnels qui sont en poste depuis déjà plusieurs mois. Surtout qu’au vu des arrivées récentes, on comprend bien que les conditions de publicité des postes vacants sont respectées de manière…aléatoire !

La mascarade des vœux pour se donner bonne conscience

Dans de nombreuses municipalités de gôôôôôche, les « vœux du conseil municipal » sont une pratique aussi inutile que répandue.

Bien sûr, les sujets sont choisis avec minutie par le maire, qui s’en sert soit pour essayer de rassembler tout le monde derrière son panache (genre « nous condamnons le terrorisme »), soit pour mettre mal à l’aise l’un de ses partenaires à qui il veut rappeler qui est le chef (à Montreuil, les vœux pour la gestion publique de l’eau sont un grand classique des Verts et du Parti de gauche pour diviser le PCF et le PS par exemple !).

Ce qui est certain, c’est que ces vœux ne servent à rien. D’ailleurs, ils ne sont même pas envoyés aux personnes à qui ils sont sensés s’adresser.

Mais la plus belle illustration de cette mascarade aura été donnée par cette majorité municipale qui fut tellement attachée à la volonté de faire voter son vœu contre la déchéance de nationalité, qu’elle en a oublié de l’imprimer pour le soumettre au vote des élus le soir du conseil municipal !

Il est à craindre que ces improvisations ne se retrouvent sur d’autres dossiers. Et c’est bien plus inquiétant.

Laissez un commentaire