A propos des élections régionales à Montreuil

icono-electionIntervention d’Alexandre Tuaillon lors du Conseil municipal du 16 décembre 2015.

Dimanche dernier, les électeurs ont choisi l’alternance politique dans plusieurs régions. Ce ne fut pas le raz-de-marée espéré par la droite,  pas plus que la raclée redoutée par la gauche.  « Une élection sans vainqueur » titrait Le Monde. Curieux paradoxe en effet.

Chacun a évidemment en tête l’énorme score du Front national au 1er tour. Il est vrai, pas à Montreuil. Même si toutefois il talonne une fois encore celui de la droite. Passé le choc, les résultats du second tour montrent que le bulletin de vote du FN sert encore d’avertissement pour beaucoup d’électeurs. Mais pendant combien de temps encore ?

Le Front national… mais aussi l’abstention ! A Montreuil, elle fut de 60% au 1er tour, et 52% au second. C’est énorme.

Mais comment voulez-vous que les électeurs se motivent s’ils observent le spectacle actuel à gauche ?

A force d’entendre une partie de la gauche répéter que le PS c’est la droite, en Ile-de-France, les électeurs ont fini par choisir la droite. Eh oui…

Des élus de gauche qui passent leur temps à se taper dessus au nom de conceptions économiques et sociales radicalement différentes, irréconciliables nous répètent-ils toute l’année… mais qui finissent par s’allier en moins de 24 heures pour tenter de gagner l’élection.

Comment ne pas comprendre que les électeurs soient déboussolés par ces contorsions programmatiques et idéologiques de dernière minute ?

Regardez le spectacle en Ile-de-France. Tant de figures nationales du Front de gauche et des écologistes qui finissent par se rallier au 4e personnage de l’Etat dans l’entre-deux tours, avec l’espoir d’en être et de partager les postes ! C’est incroyable.

Fusions, confusions. On se déteste jusqu’au soir du 1er tour, on s’aime pour le deuxième tour. Voir Clémentine Autain, Eric Coquerel et Emmanuelle Cosse aux côtés de Claude Bartolone pendant que Pierre Laurent « poussait la liste », c’était troublant. Le « diable » socialiste était devenu agneau, le temps d’un second tour.

« Mieux vaut perdre une élection que son âme » dit l’adage. Force est de constater que ça ne vaut pas pour tous les candidats.

Et cette tête de liste historique des Verts dans le Val de Marne qui devient, dans l’entre-deux tours, tête de liste de la gauche unie…dans le Val d’Oise ! Les électeurs de ces deux départements ont dû apprécier cette marque de considération.

Que dire aussi des Montreuillois qui ont voté fortement pour la liste socialiste au 1er tour, et qui ont découvert qu’au second tour il n’y avait pas un seul candidat montreuillois éligible ? Là aussi, une belle marque de considération pour la 2e ville de Seine-Saint Denis.

Quel pied de nez quand on sait que Montreuil sera finalement représentée au Conseil régional…par la droite, en la personne de Madame Laporte. Félicitations républicaines à vous Madame.

Nous serons attentifs à vos prises de position au Conseil régional pour y défendre les intérêts de Montreuil et de la Seine-Saint Denis.

Je conclurais en parlant de Montreuil justement.

La liste socialiste est arrivée au soir du 1er tour, loin devant celle du Front de gauche et celle des écologistes.

C’est un désaveu pour vous Monsieur Bessac. Les Montreuillois n’ont pas été très sensibles à votre appel à voter massivement pour le Front de gauche.

N’en tirons pas de conclusions hâtives, mais peut-être allez-vous au moins déjà cesser de gaspiller l’argent public avec votre campagne de communication sur « L’Etat nous doit 12,5 millions d’euros ».

Les Montreuillois ne sont pas dupes et ils vous l’avaient déjà dit en refusant de signer votre pétition il y a quelques mois. Ils vous l’ont redit dimanche 6 décembre en vous faisant l’affront de placer le représentant de Monsieur Valls très en tête des suffrages à Montreuil.

La politique est parfois cruelle n’est-ce pas ?

Les attentats du 13 novembre n’expliquent pas à eux seuls le score de l’extrême droite, et encore moins l’abstention massive et répétée.

Nous vivons une lente dégradation de la confiance dans le personnel politique et une perte de crédibilité inquiétante des élus.

En licenciant massivement et gérant les ressources humaines dans l’opacité et l’injustice, en augmentant les tarifs des services publics, en réduisant les services offerts aux Montreuillois, vous menez au plan local la politique que vous dénoncez au plan national Monsieur Bessac.

Monsieur le Maire, les Montreuillois ne sont pas dupes. Epargnez-nous à l’avenir vos grands discours contre une austérité dont vous vous accommodez, parfois même jusqu’à reprendre les expressions de ses avocats.

Le vote du budget 2016 n’aura pas lieu avant la fin mars 2016. Autrement dit, il vous aura fallu presque 14 mois pour élaborer votre premier vrai budget. C’est aussi incroyable qu’inquiétant !

Assez de discours Monsieur Bessac, aux actes. Voilà bientôt 2 ans que vous êtes Maire, et personne ne sait où vous voulez emmener cette ville. A l’heure qu’il est, vous ne donnez pas l’impression de le savoir vous-même, et c’est bien le plus inquiétant.

Un commentaire

Laissez un commentaire